Rechercher
  • Nicoline Droogmans

Sept idées reçues sur l'apprentissage de la propreté.

Voilà un apprentissage qui ne correspond qu'au chien, qui est rappelons-le le seul animal à qui nous demandons de se retenir pour aller aux toilettes. Parce qu'il ne peut pas ouvrir une porte pour aller de lui-même dans le jardin et encore moins aller se promener tout seul pour trouver un coin où faire ses besoins tranquillement. Le chien est donc le seul animal qui doit se retenir une, deux, trois, voire même parfois huit à dix heures de suite. Si vous avez eu ne serait-ce qu'une fois une envie très pressante d'aller aux toilettes, vous savez à quel point il peut être difficile de se retenir. Pourtant, nos chiens y parviennent tous les jours, suite à un apprentissage de ce qu'on appelle « la propreté. »

En soi, tous les chiots apprennent à être propres avec leur mère... Cependant, ils le sont selon des critères canins, à savoir : on ne fait pas ses besoins là où on fait dodo. Selon nos critères d'humains en revanche, ils devront aller sacrément plus loin que ça : ils ne devront pas faire leurs besoins dans la maison, ni sur la terrasse en bois, ni sur les dalles de béton du jardin, et ainsi de suite. Autant dire que ça fait sacrément beaucoup de critères à respecter pour un chiot qui apprend tout juste à contrôler sa vessie et ses sphincters, ces derniers grandissent et se musclent plus ou moins vite selon les chiots. C'est donc là quelque chose à prendre en compte impérativement, de sorte à ne pas avoir trop d'attentes par rapport à l'âge d'un bébé chien qui vient de rejoindre votre foyer.

N'oubliez jamais : un chiot a besoin d'uriner très fréquemment, en plus du fait d'avoir besoin de faire la grosse commission. Il faut en être conscient et lui permettre de faire ses besoins au bon endroit au bon moment. Cela signifie une seule et même chose : il faut anticiper.

Avant de voir ensemble un protocole d'apprentissage de la propreté, voyons ensemble les sept idées reçues les plus courantes à propos de ce dernier.

IL FAUT LUI « METTRE LE NEZ DEDANS »

FAUX


Est-ce que vous disputeriez un bébé humain parce qu'il a fait dans sa couche ? Non, absolument pas. Est-ce que vous lui mettriez le nez dans sa couche ? Évidemment que non. Pour quelle raison ? Parce que vous savez parfaitement qu'il est incapable de se retenir, la couche est d'ailleurs là pour ça. Alors pourquoi le faire sur un chiot ? Rappelons-le : un chiot est un bébé chien qui n'a pas encore de contrôle sur les muscles qui lui permettront de se retenir plus tard et la propreté est un apprentissage très humain dans la façon dont on la voit, permettez-lui de n'être encore qu'un chiot et de ne pas être en capacité de pouvoir se retenir, ou de ne pas comprendre cet apprentissage pour le moment.


IL FAUT LE DISPUTER QUAND ON LE PREND SUR LE FAIT

FAUX

De la même façon que pour la première idée reçue, disputer votre chiot n'apportera absolument rien. La seule conclusion qu'il pourra tirer d'une telle interaction serait : « si je fais pipi/caca et que mon humain est à proximité à ce moment-là, je me fais disputer... Je ferai donc mes besoins en étant caché la prochaine fois. » Certains chiots iront même jusqu'à ingérer leurs propres selles pour faire disparaître tout ça et éviter de se faire disputer, autant dire que c'est sacrément traumatisant pour un bébé chien. Et pas top du tout en terme de bienveillance envers ce nouveau membre de la famille que vous venez d'accueillir. Ainsi, si vous le voyez faire devant vous, vous pouvez pester contre vous-même à vous dire que vous auriez dû anticiper, éventuellement prenez-le rapidement et conduisez-le dans l'herbe très vite, sans rien dire, pour ensuite pouvoir le féliciter une fois qu'il aura fini à cet emplacement. Pas besoin de lui dire « non » ou de vous énerver : n'oubliez pas que votre chiot est pour le moment incapable de se retenir !


IL NE FAUT PAS QU'IL VOIT QU'ON NETTOIE

FAUX


En vérité, le fait qu'un chiot vous voit nettoyer ne crée absolument aucune association dans son cerveau. Il ne va pas se dire : « je fais pipi » = « j'ai le droit à un moment de jeu avec du papier nettoyant. » En réalité, c'est simplement plus pratique d'éloigner le chiot le temps du nettoyage, histoire qu'il évite d'en mettre partout en allant mettre ses pattes dedans. Pour autant, le fait qu'il vous voit nettoyer n'a aucun impact sur sa vitesse d'apprentissage de la propreté.

IL FAUT LUI ENLEVER L'EAU PENDANT LA NUIT

FAUX

Alors non seulement cette idée reçue est fausse mais en plus, elle peut être considérée comme maltraitante. En effet, un chien doit TOUJOURS avoir de l'eau à disposition et c'est aussi valable pour un chiot. Bien entendu, si vous lui retirez l'eau, vous éviterez à sa vessie de se remplir... Mais à quel prix ? Mettez-vous à sa place : imaginez donc que vous ayez très soif et que vous ne puissiez pas boire, que vous soyez obligé d'attendre entre six et neuf heures avant d'avoir de nouveau accès à de l'eau. Dans quel état seriez-vous ? Cette analogie a toute sa place ici, car un chiot a le même besoin de s'hydrater que nous et que toutes les espèces animales d'ailleurs. Aussi, si votre chiot boit pendant la nuit, vous avez deux choix : soit vous vous levez pour le sortir et généraliser l'apprentissage, soit vous laissez faire et vous nettoierez simplement les accidents en question le matin même.


IL FAUT LE PROMENER JUSQU’À CE QU'IL FASSE SES BESOINS

FAUX

Ici, c'est faux dans une certaine mesure. Si vous n'avez pas de jardin et que vous promenez votre chiot pour qu'il fasse ses besoins, la pire idée du monde serait de faire demi-tour dès qu'il aura fait pipi ou caca. L'association serait très rapide dans sa tête : « je fais mes besoins » = « on rentre directement. » Pour peu que votre chiot adore se promener, ce qui est le cas de beaucoup, il se retiendra dès lors énormément pour faire durer la balade, quitte à ne pas faire ses besoins du tout. Typiquement, ce n'est pas le bon plan. De la même façon, pour certains chiots, il y aura bien trop d'informations sur une promenade pour penser à faire leurs besoins. Ils oublieront carrément de faire ce qu'ils sont supposés faire, bien trop concentrés sur les stimuli extérieurs. Si c'est le cas de votre chiot, aménagez un moment au début de la balade, dans un coin tranquille, sans trop de passage, sur un carré d'herbe, et laissez-le prendre ses odeurs sans bouger de l'endroit en question. Au bout d'un moment, il finira par trouver tout ça ennuyeux et fera ses besoins. C'est aussi une chose à prendre en compte pour les chiots peureux, qui ne pourront pas faire leurs besoins dans un environnement dans lequel ils ne seront pas sereins. Dans ce cas, choisissez de la même façon un lieu très tranquille, à l'écart des bruits environnants. Et si ça ne suffit pas, n'hésitez surtout pas à faire appel à un(e) professionnel(le) du comportement canin.


IL FAUT LE RÉCOMPENSER QUAND IL FAIT SES BESOINS DEHORS

VRAI

Alors non seulement c'est vrai mais en plus, c'est ce en quoi consiste principalement l'apprentissage de la propreté. Si vous ne récompensez pas votre chiot lorsqu'il fait ses besoins à l'extérieur, il ne pourra jamais comprendre que c'est ce qui est attendu de lui. Comme nous l'avons vu plus haut : la propreté d'un point de vue canin et d'un point de vue humain n'est pas du tout perçue de la même façon. Autant aider votre chiot à comprendre de quoi il s'agit en le motivant à apprendre de façon adéquate.


IL FAUT METTRE DES ALÈSES

FAUX

Les alèses ou les « pipi pads » ralentissent l'apprentissage de la propreté pour pas mal de chiots. En effet, vous n'apprenez pas à votre chiot à faire ses besoins dehors mais à l'intérieur de la maison, sur une surface qu'il pourra ensuite potentiellement généraliser. Si vous l'autorisez à faire sur des alèses, il va de soi qu'un chiot pourra également faire sur les tapis de la maison ou bien encore sur son panier. Après tout, quelle différence y a-t-il avec une alèse d'un point de vue canin ?

A présent que nous avons déconstruit toutes ces idées reçues, je vais pouvoir vous présenter un protocole d'apprentissage de la propreté. Ainsi, vous serez en mesure de l'apprendre à votre chiot et de faire en sorte qu'il s'agisse d'un apprentissage aussi solide que possible.

APPRENTISSAGE DE LA PROPRETÉ

Sortez votre chiot après les moments forts de sa journée, à savoir après qu'il ait mangé, bu, joué, dormi et globalement toutes les heures, voire toutes les deux heures grand maximum. Permettez-lui de sortir après chaque émotion forte également, que ce soit une émotion négative ou positive, de sorte à lui permettre de faire ses besoins si l'envie est très pressante à la suite d'un événement particulier.


Guidez-le jusqu'à l'herbe si vous voyez qu'il s'arrête sur la terrasse alors que vous ne le souhaitez pas et attendez qu'il fasse ses besoins. Attendez qu'il soit en train de se relever après avoir terminé ses besoins pour le récompenser directement, et ne le coupez surtout jamais pendant qu'il fait ses besoins, le mieux est donc de ne pas être trop loin. Vous pouvez même marquer ce comportement au clicker ou à la voix, avec un « good » ou un « yes » qui pourra être utilisé par la suite pour marquer tous les comportements que vous voulez voir se reproduire. Directement après, donnez-lui deux ou trois friandises qu'il n'a jamais : morceaux de knacki, bouts de fromage, dés de jambon, etc. Pourquoi deux ou trois ? Parce qu'il faut bien lui montrer que ce comportement est super payant ! En résumé : donnez-lui envie de se retenir pour avoir accès à ces friandises de forte valeur ou à une chose qui lui fait très plaisir, comme un super moment de jeu par exemple, c'est ce sur quoi repose l'apprentissage de la propreté.


Pour que cet apprentissage soit aussi rapide que possible, anticipez ! Ne permettez pas à votre chiot d'attendre que vous soyez prêt à sortir, prenez les devants et sortez-le avant même qu'il ne le demande, de sorte à ce que les accidents soient aussi rares que possible. Vous pouvez bien entendu également vous lever la nuit si vous en avez le courage pour récompenser ce comportement en évitant les accidents.


A côté de ça, récompensez plus tard tous les comportements de demande à sortir : dès que votre chiot se lève et se dirige vers la porte ou la baie vitrée, allez lui ouvrir directement. Vous pourrez même mettre en place plus tard un système de clochette à tirer pour demander à sortir si votre chiot n'en vient pas à couiner pour le demander.

Comme vous avez pu le voir plus haut : ne vous énervez pas contre votre chiot et n'oubliez pas que chaque individu est différent. Certains seront propres à deux mois, d'autres à trois mois, et pour certains cela prendra jusqu'à un an. Bien entendu, plus vous renforcerez le comportement de faire ses besoins à l'extérieur, moins de temps cela prendra en fonction de comment votre chiot perçoit l'apprentissage mis en place.

Attention à une chose cependant : si vous remarquez que votre chiot urine énormément ou s'il fait des selles avec une consistance anormale, référez-vous à votre vétérinaire ! Pour certains chiots dits « en retard » sur l'apprentissage de la propreté, il s'agit d'un souci de santé pour lequel il faut consulter au plus vite.



© Toutougether - Nicoline Droogmans

www.toutougether.fr

06-36-10-04-84

toutougether@hotmail.com

1 109 vues0 commentaire