Rechercher
  • Nicoline Droogmans

Les besoins physiologiques : les plus connus et pourtant les moins respectés.

Dernière mise à jour : 21 juin 2021

Concluons cette série de cinq articles sur la Pyramide de Maslow du chien, donc la pyramide de ses besoins, avec celui-ci. Cet article concernera les besoins physiologiques du chien, qui sont identiques aux nôtres. En effet, les besoins physiologiques du corps humain, bien que n'ayant pas le même régime alimentaire, ne sont absolument pas différents de ceux qu'éprouve le chien.


Tout d'abord, un chien éprouve le besoin de manger et de manger bien. En effet, le fait de ne pas nourrir un animal est de la maltraitance pure et simple, nous ne nous arrêterons donc pas sur ce cas précis. En revanche, il est important de souligner qu'un chien a besoin d'une nourriture qui lui convient. Si vous choisissez des croquettes, il est donc nécessaire de faire en sorte de prendre des croquettes adaptées à ses besoins physiologiques : qu'il soit chiot, adulte, âgé, sportif ou non, avec des pathologies, etc. Faites toutefois attention au business autour de la pet food car le packaging ne signifie rien quant à la qualité d'une croquette et si celle-ci est adaptée ou non à votre chien ; ce n'est pas parce qu'il est marqué "senior" que des croquettes correspondront à des chiens âgés par exemple. Ici, ce sont uniquement des mots à visée commerciale et seule une analyse de la composition des croquettes en question saura dire si elles sont adaptées ou non à votre chien, donc ne vous fiez jamais à ce qui est marqué sur le devant d'un paquet. A ce sujet, n'hésitez pas à vous former, ou tout du moins à en apprendre davantage avec des gens qui, eux, le sont, afin de choisir la meilleure alimentation pour votre chien.


Vous pouvez également choisir de nourrir votre chien avec une autre alimentation comme la ration ménagère ou bien encore le barf. Là-dessus, le choix vous revient. Dans tous les cas, il est impératif que votre chien trouve dans son alimentation de quoi combler ses besoins, autant dans la qualité de cette dernière que dans la quantité de ses rations. Un chien qui a faim, même en ayant mangé, ce n'est pas normal, et cela peut même conduire à des troubles du comportement qui iront de la simple recherche de nourriture à du vol sur les tables, sur les plans de travail, etc. en l'absence des humains, voire en leur présence. Eh oui, un chien dont le besoin de manger n'est pas comblé va chercher à se satisfaire dans tous les cas. Pour éviter de telles situations, et donc pour éviter à votre chien d'en venir à des extrémités pareilles (tout en se renforçant dans ses comportements), faites votre choix d'alimentation en pleine conscience et n'hésitez pas à vous faire aider par un(e) nutritionniste.


A côté du besoin de manger, il y a également, et tout le monde le connaît, le besoin de s'hydrater et donc de boire. Pour autant, tout comme l'alimentation du chien, il est fréquemment mis de côté et vu comme n'étant pas essentiel. A ce sujet, je m'explique : il arrive que, notamment lors de l'apprentissage de la propreté, un des conseils les plus fréquemment donnés soit le fait de retirer la gamelle d'eau au chiot ou même au chien adulte pour qu'il ne remplisse pas sa vessie avant la nuit. Autant dire que s'il paraît logique que le chien se retienne avec plus de facilité sans avoir bu, il apparaît comme étant effarant le simple fait de priver d'eau un individu, quel qu'il soit. L'eau doit être constamment à disposition d'un chiot ou d'un adulte, quelque soit son âge, quelque soit la raison pour laquelle vous voudriez la lui retirer.


L'apprentissage de la propreté ne se fait pas dans la privation mais bien dans l'exigence envers nous-même de sortir notre chien aux moments propices et ce, même la nuit si nous souhaitons un apprentissage rapide. Alors oui, il est vrai que le fait de devoir sortir en pleine nuit pour qu'un chiot fasse pipi n'est pas quelque chose de super agréable, pour autant il peut être nécessaire pendant un certain temps. N'oublions pas que ne pas répondre aux besoins physiologiques d'un chien est perçu comme de la maltraitance, à raison, donc oubliez tout de suite le fait de priver d'eau un chiot par exemple dans l'espoir de voir apparaître moins voire pas d'accident du tout dans la maison. Certes, ça sera plus agréable pour vous, mais certainement pas pour votre chien alors pensez-y avant d'être tenté par cette solution.


Si nous poursuivons, nous nous rendons compte qu'à propos de l'apprentissage de la propreté, d'autres privations mettent en jeu les besoins physiologiques du chien, à savoir pouvoir faire ses besoins. J'entends fréquemment dire qu'il faudrait mettre un chiot en cage la nuit afin qu'il apprenne la propreté car « il ne fait pas là où il dort. » Alors en effet, il ne fera peut-être pas, mais dans quel état émotionnel sera-t-il donc pendant la nuit alors qu'il sera enfermé sans capacité de circuler à sa guise et donc de vider sa vessie aux moments où il en a besoin ? Car je le répète, ce n'est pas une envie mais bien un besoin, il est donc inhérent au bien-être d'un chien. Mettre un chiot en cage pour faire en sorte qu'il se retienne n'est pas un apprentissage mais bel et bien une privation qui ne devrait jamais avoir lieu. Je le réitère mais il est crucial qu'en tant qu'humains, nous nous mettions à la place de notre chien : comment vous sentiriez-vous, de devoir vous retenir impérativement au risque de vous faire dessus et ce, pendant plusieurs heures ? Vous seriez très certainement dans un état de mal-être assez intense. Je ne vous conseille pas de le faire subir à un chien, peu importe la raison que vous y verrez.


Je me permets de rappeler également que la vessie du chiot n'est parfois pas suffisamment musclée et donc pas assez mature pour lui permettre de se retenir. L'y forcer malgré tout en le mettant dans une situation de privation assez extrême, vous en conviendrez, pourrait amener des soucis urinaires assez sérieux pour être pris en considération, si toutefois l'idée vous semblait toujours bonne jusque là.


Nous avons donc parmi les besoins physiologiques : le besoin de manger, le besoin de s'hydrater, le besoin de faire ses besoins (vous remarquerez que celui-ci est très clair dans sa formulation) mais aussi le besoin de dormir. Un chiot ou un chien a besoin de plus ou moins d'heures de sommeil, en fonction de ce qu'il fait dans la journée, de son stade de croissance, de son tempérament, etc. Il faut impérativement respecter ces temps de repos qui sont ce qui permettra à notre chien d'appréhender la vie avec bien plus de facilité que s'il était fatigué.


Vous avez sans doute déjà fait l'expérience d'une nuit blanche ou même de nuits agitées pendant lesquelles vous n'avez pas bien dormi. Il est rare d'être de très bonne humeur lorsque vous vous réveillez dans ces circonstances, généralement vous étiez même fatigué voire irritable, ou au contraire très actif, preuve que votre cerveau n'a pas eu l'occasion de se poser pendant un sommeil réparateur. Il en va de même pour le chien chez qui on verra apparaître les mêmes symptômes lorsque ses heures de sommeil ne sont pas respectées : irritabilité, forte activité, fatigue, impossibilité de se concentrer, etc. Ici, je m'adresse surtout aux humains qui ont de jeunes chiots à la maison et qui veulent à tout prix faire plein de choses avec eux. N'oubliez pas que votre compagnon est encore très jeune et que ses temps de repos sont donc bien plus importants que ceux des adultes. Autant dire qu'il vous faudra le laisser tranquille, voire même lui apprendre à se poser afin qu'il ait tout le repos dont il a besoin. Pas la peine de vouloir l'emmener partout ou de lui faire voir trop de choses, il aura toute la vie devant lui pour ça. Privilégiez la qualité de ses interactions avec le monde extérieur plutôt que la quantité.


Enfin, nous en venons au dernier besoin physiologique dont traitera cet article, à savoir le besoin de respirer. Cela paraît anodin comme besoin mais pas tant que ça, et vous allez comprendre pour quelle raison. Certaines méthodes d'éducation peuvent entraîner une perte de capacité respiratoire pendant quelques secondes, voire quelques minutes. J'ai eu l'occasion d'entendre ce fameux : « si ton chiot mordille, mets-lui deux doigts au fond de la gorge jusqu'à ce qu'il se retire » et pour être honnête, ça me paraît tout à fait invraisemblable d'empêcher un chiot ou un adulte de respirer, même si ce n'est que pour quelques secondes. Cela reste une privation d'un besoin essentiel dont on est alors le responsable direct.


D'autres méthodes d'éducation, notamment le fait de fermer de force la gueule à un chiot ou à un chien qui mordille, peuvent avoir le même effet : restreindre les capacités respiratoires de l'individu en question. Ma chienne, lorsqu'elle était chiot, a fait les frais de ce genre de méthode peu bienveillante avec une fermeture forcée de sa mâchoire lors d'une montée en excitation, ce qui a eu pour conséquence une grosse montée en pression et une panique certaine. L'éducation ne devrait jamais se faire dans la contrainte, d'autant plus lorsque cela concerne la privation ou la semi-privation (difficultés à respirer par exemple) d'une chose essentielle au bien-être de notre chien. Je ne parlerai pas des colliers étrangleurs ou semi-étrangleurs qui étranglent donc le chien alors qu'il tire, de la même façon nous ne sommes plus dans un apprentissage mais dans l'évitement d'une contrainte douloureuse qui empêche un chien de combler un besoin essentiel.


Ainsi, chaque besoin du chien nécessite d'être comblé pleinement. La stratégie de privation de n'est pas un apprentissage mais bien une forme de maltraitance, qu'elle soit volontaire ou non, cela n'en reste pas moins quelque chose qui devrait être empêché à tous les niveaux. Priver un chien de nourriture, ou tout du moins d'une alimentation correcte, d'eau, de faire ses besoins, de repos ou bien encore de respirer n'est pas respectueux et encore moins bienveillant. Penchons-nous donc sur ces besoins, prenons-les pleinement en compte et mettons-nous à chaque fois à la place de notre chien. Si une situation nous déplairait en nous l'imaginant, c'est qu'elle n'est tout simplement pas propice à un apprentissage pour notre chien, quel qu'il soit.


Chacun des besoins que nous avons eu l'occasion de voir dans cette série d'articles a son importance. S'ils sont comblés, des troubles du comportement n'auront pas ou peu de chance d'apparaître. Si ce n'est pas le cas, alors faites en sorte de voir comment vous pourriez les combler davantage et permettez à votre chien d'exprimer son identité en tant que tel.



© Toutougether - Nicoline Droogmans

www.toutougether.fr

contact@toutougether.fr

06-36-10-04-84

303 vues0 commentaire